continuous sourcing
Le passé Marocain, un rempart dissuasive face aux belliqueux

Le Maroc est le type de pays “cool” pacifiste et promoteur de la paix, mais aujourd’hui , notre pays a des acquis et ressources convoités par d’autrespays et se doit de d’aiguiser ses griffes, certe notre passé dissuade tous contrevenants mais nous devons apporter a l’histoire notre contribution du troisieme millinaire, cette operation est en marche, et la rénovation de nos moyens de defense cible justement une vigilence accrue et une veille continue sur nos espaces tellement stratégiques qu’ils nous imposent de rester en alerte continue.

Notre histoire du passé préfigure notre future proche ce qui suit est un exemple ou l’empire espagnol charchait a retrouver l’honneur après le desastre dont il était victime face aux Marocains

Le débarquement d’Alhoceima:

après le désastre d’Anoual en 1921 se doit de’effacer la honte de son empire mondiale blessé a mort par des montagnards Marocains defendant leur pays.Ainsi l’Espagne fait appel a son allié eet associé dans le partage du Maroc soit la France .L’engagement des Français au coté de l’Espagen pour conquerir le Maroc débuta dès 1925 et s’acheva par le premier debarquement dans l’histoire du monde et des guerres.
Le débarquement d’Al Hoceïma effectué par l’armée espagnole avec l’aide de la flotte française dans la baie d’Al Hoceïma, dans le nord-est du Maroc. Il est considéré comme le premier débarquement aéronaval de l’histoire
un contingent de 13 000 soldats de l’Armée de terre espagnole
unune flotte combinée franco-espagnole de 80 navires, soutenue elle-même par neuf navires de guerre, dont six croiseurs1 et 160 avions
Forces navales :
3 cuirassés
6 croisières
1 porte-avion
36 navires mineurs
58 navires de transport
Forces aériennes :
144 avions
18 hydravions
le soutien en artillerie et soldat depuis les enclaves espagnoles sur l’espace marocain soit Tetouan et l’ile de Penion alhoceima
Les général espagnol Miguel Primo de Rivera et le général José Sanjurjo dirigent l’operation
Le colonel Francisco Franco, à la tête des troupes de la Légion espagnole, débarque en avant-garde sur la plage de Cebadilla.

Cela montre bien que malgré les defaites cuisantes de l’Espagne face aux Marocains, elle ne renonce jamais a son hégémonie politique régionale et nous devons tot ou tard refaire vivre la bataille d’Anoual ou celle de Oued El Makhazine  qui constituent toujours encore une épingle dans le cerveau des Iberiques

 

Leave comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.